Fragilités régionales

Le Sahel, la RCA, le Sud Soudan, crise libyenne et la  proximité de Boko Haram…

Le Tchad est préoccupé par les évolutions chez ses voisins : mouvements terroristes au Sahel (attaques d’AQMI au Niger, crise malienne), instabilité dans le sud de la Libye, crise du Darfour non réglée, naissance du Soudan du Sud, État potentiellement fragile, augmentation de la menace de Boko Haram au nord du Nigeria voisin, fragilité récurrente de la RCA (intervention de l’armée tchadienne à Birao en novembre 2010 pour en chasser des rebelles locaux soutenus par des éléments rebelles tchadiens et en janvier 2012 contre une rébellion dirigée par Baba Laddé, un Tchadien).

La crise libyenne a eu des conséquences dramatiques avec le retour de milliers de Tchadiens (100.000 en 2011, sur près de 300.000 résidents), qui ont fui les exactions visant les Subsahariens, notamment dans la zone contrôlée par les insurgés qui les accusaient de soutenir le régime Kadhafi.

Les autorités tchadiennes craignent les conséquences de ces retours massifs sur l’économie du pays (diminution des transferts financiers, charge additionnelle dans les communautés d’origine, souvent pauvres) et les trafics d’armes en provenance de Libye, risquant de se développer dans le Sahel et de renforcer AQMI ou des mouvements de rébellion. Les affrontements entre Toubous (ethnie frontalière présente au Niger, au Tchad et en Libye) et tribus arabes dans le sud libyen depuis février 2012 risquent aussi de provoquer des tensions avec Tripoli.

Le Tchad, ayant obtenu le statut d’observateur à la CEDEAO, considère avec préoccupation les développements de la crise du Sahel. L’expertise militaire tchadienne à évoluer dans l’environnement sahélien et est sollicitée par l’Afrique et l‘ONU, dans le cadre de l’intervention pour reconquérir le Nord du Mali. Le Tchad par sa présence au Nord du Mali et confiant de ses succès militaires donne l’image d’un pays puissant.

Les soldats tchadiens sont sur tous les fronts de guerre en Afrique. Au Mali, ils combattent Aqmi aux côtés d'armée française; un autre contingent s'est déployé avec les armées du Niger et du Nigeria dans la ville Nigériane de Baga pour chasser la secte boko haram. Un troisième contingent appuie la Force multinationale d'Afrique centrale pour sécuriser la Centrafrique.

Avec les retombés des recettes du pétrole et une armée aguerrit au combat le Tchad peut modifier la situation géopolitique en Afrique devant le Nigeria et l’Afrique du Sud pour les années à venir.

Il est également important de noter que le Tchad devient un partenaire  fiable pour les occidentaux dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Sa participation massive et déterminée à la guerre contre l'islamisme radical dans le Sahel ne peut que le servir. Elle lui offre des perspectives et le soutien indéfectible des pays occidentaux, la France et les Etats-Unis (dont des sociétés exploitent la manne pétrolière) en tête. Le président Deby renforce ainsi sa position. Le président  Idris Deby Ito œuvre pour une stabilité durable de son pays et dans toute la sous-région.

Des soldats tchadiens en route vers le Mali

Des Soldats tchadiens en route vers le Nord du Mali